• Dîner...

    Instants d'angoisse après le déjeuner. Sirotant un café (le vingtième de la journée) sur une terrasse pour profiter des deux rayons de soleil, les yeux cherchant parmi les passants un regard avec lequel jouer, j'ai vu quelqu'un qui m'a fait penser à toi.
    Alors j'ai pensé à demain, à ce dîner qui nous attend, dîner que je ne veux pas, dîner qui m'effraye, dîner dont je suis sûr qu'il ne sortira rien de bon.
    Pourquoi faudrait-il que tout le monde soit ami ?
    Pourquoi confronter le présent au passé, les mettre face à face, comme en balance ?
    Quelle idée stupide tu as eu de proposer.
    Quelle idée stupide j'ai eu d'accepter.
    Mais je n'ai jamais su te dire non (aurions-nous vécu ensemble plus de dix ans sinon), alors nous dînerons tous ensemble. Autour de la table, nous ferons semblant de nous aimer, de rire, de parler des petits riens qui peuplent nos vies, en évitant les regards, les souvenirs, les histoires complices.
    Je suis mal chaque fois que l'on se voit, tu le sais, même si le passé est mort, même si nous sommes tous deux à nouveau accompagnés, nous avons trop partagé nos vies pour qu'elles se croisent sans étincelles.
    Et pourquoi mêler d'autres à nos hasards ? Nous avons déjà tant fait de mal autour de nous, les tumultes de notre vie qui s'effondrait n'ont épargné personne, alors pourquoi maintenant qu'enfin tout est calme ?
    Justement, pour repartir sur de « bonnes bases » tous ensemble ?
    Pensons-nous vraiment que cela soit possible ? On va tous former une grande famille et on sera tous copains ?! Et toi qui me dis que tu nous voudrais à nouveau plus proches, que notre complicité d'amants devienne complicité d'amis.
    Et tout ça va se créer autour de ce dîner ?
    Le doute m'envahit, comme une main qui t'agrippe dans le dos...
    Et l'angoisse m'étreint, une peur irraisonnée qui s'installe, lovée au bas du ventre, qui ne me lâche plus.
    Je hais déjà ce fameux dîner...


  • Commentaires

    1
    Mardi 4 Janvier 2005 à 15:46
    Ton monde...
    Ton récit me touche beaucoup Nicolas...La photo aussi bien sûr, mais te smots plus encore m'ont transmis cette douleur dont tu parles, ce malaise profond...J'aime beaucoup ton blogg et ta façon de raconter et d'être là, simplement...
    2
    Mardi 4 Janvier 2005 à 16:13
    De tout chaos nait...
    le silence.. puis une douce mélodie s'installe, chassant les derniers éclairs de tonnerre... on appelle cela l'oubli... Lorsqu'il disparait, aspiré par lui meme, ne restent plus que les souvenirs...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :