• Monsieur B.

    Monsieur Jean-Louis Bolomey, époux de Marie-Christine Bolomey née Chappuis, est un homme heureux.

    Monsieur B n’a pas de jolie maison, dans ce pays de locataires, il habite un joli trois-pièces-cuisine, dans un immeuble de Cully, avec un balcon couvert de géranium fleuri et une superbe paroi murale dans le séjour pour exposer les souvenirs de vacances.

    Monsieur B. est fier de son armée, il est lui-même caporal, et se souvient du bon temps passé sous l’uniforme, des soirées de sortie dans les villages où le vin et la bière coulaient à flots.

    Monsieur B. ne regarde pas souvent la télévision française, sauf les jeux sur TF1 et encore (il ne comprend pas toujours), il préfère cette bonne vieille Suisse Romande où on est toujours sûr de ce qu’on va voir.

    Monsieur B. a toujours voté « Radical » (on est vaudois ou on ne l’est pas), et même si les thèse de l’UDC lui semblent parfois intéressantes, il ne va pas voter pour un parti où dominent les suisses allemands.

    Monsieur B. est vaudois, romand et accessoirement (surtout quand il est à l’étranger) suisse. Il est allé manifester une fois devant le palais fédéral contre la modification de l’âge de la retraite. Monsieur B. a trouvé ça sympathique, ça lui a rappelé le service militaire, même si Marie-Christine était un peu fatiguée.

    Le vendredi soir, Monsieur B. se rend avec sa femme à la Migros pour faire les courses de la semaine, il pousse le chariot en râlant, mais adore choisir les chocolats et les biscuits pour le dessert.

    Une fois par mois, Monsieur et Madame Bolomey font les courses « sur France », histoire de profiter des prix meilleurs marchés, mais ils sont un peu perdus dans le Casino, avec toute ces marquent qu’ils ne reconnaissent pas.

    Monsieur B. accompagne son épouse tous les dimanches au temple, il somnole un peu durant le sermon du pasteur, mais il attend avec impatience le moment d’aller prendre l’apéro avec les copains pendant que sa femme prépare le dîner en attendant les enfants à la maison.

    Monsieur B. possède encore son Opel, il la sort toutes les fins de semaine, et Marie-Christine lui a brodé son numéro de plaque sur un coussin qui trône derrière la vitre arrière.

    Pour ces vacances, Monsieur B. prend toujours Swissair (même si ils ont effacé le « air » sur les avions) bien que comme des milliers d’autres il ait perdu ses économies à cause de cette société. Mais, c’est quand même la compagnie nationale, et on se sent fier lorsqu’on voit la croix fédérale sur le tarmac d’un aéroport. L’année passée, ils se sont offerts une semaine à Pattaya, mais Marie-Christine n’a pas aimé la nourriture, alors cette année ils songent à l’Espagne où des amis viennent d’acheter une maison.

    Monsieur B. garde ses économies (ce qu’il lui reste parce qu’entre l’assurance maladie et les impôts…) à la banque cantonale, parce qu’il n’a pas confiance dans ces grandes banques nationales et on est toujours mieux servi par quelqu’un qu’on connaît près de chez soi. Et puis, depuis les affaires des fonds juifs, on ne sait jamais.

    Monsieur B. n’aime pas les américains, ils ont osé attaquer son pays et son histoire, et de toute façon comment voulez-vous vous entendre avec des gens qui sont incapables de faire la différence entre la Suisse et la Suède !

    Pendant des années, Monsieur B. m’a fait sourire avec sa horde de nains sur son balcon, m’a énervé avec sa suffisance idiote, m’a ému avec ses dons aux nécessiteux, m’a embêté avec ses poubelles bien rangées, mais il était là, partie intégrante du pays où j’habite. Et depuis quelques temps, Monsieur B. commence à me faire peur, il semble qu’il se clone, et que même certains de mes amis se soient bolomeytisés…

  • Commentaires

    1
    Nuage
    Mercredi 2 Février 2005 à 13:03
    Monsieur B.
    Jl'ai reconnu ! si si, jt'assure... Même que yen a plein partout... Même que les maisons vides d'à côté et ben.. c'est pour eux... les Suisses de l'étranger ! Même que...les ptits savoyards et ben... y remonteront vers Paris, s'ils veulent s'établir par chez nous... Mais attends, tu sais.. yen a des sympas et qui pensent... si si jt'assure ! Et puis des Monsieur B. yen aurait pas aussi ailleurs, bon on changera la lettre, mais ce sera toujours le même exemplaire... et qui sait ne sommes nous pas les Monsieur X, Y ou Z de demain ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :